Recevoir les newsletters :

Connectez-vous ! Voir la Discussion PrécédentePrécédent | Retour à la Liste des DiscussionsIndex | SuivantVoir la Discussion Suivante | Vue ArborescenteVue Arborescente |

Nouvelle Discussion  
2 pages: [1] 2

Kristina alias babou
Ecole privée
Envoyé le: mercredi 14 novembre 2001 20:20


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Coucou moi c'est Kristina et j'ai 15 ans pour celle sui ne me connaissent pas encore!
J'aimerais savoir les différences qu'il y a entre l'enseignement public et le privé!
Merci de me répondre !

Laurine tu es dans le privé non ?

Bisou

Kristina :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur:
:fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur: :fleur:
ISA
Ecole privée
Envoyé le: jeudi 15 novembre 2001 10:40


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Bon je vais t'expliquer.... L'enseignement privé c'est payant, voire même très cher et parfois religieux... Le public c'est gratuit et laïque. Souvent on prend dans le privé les élèves qui sont mauvais, des élèves qui passent le bac pour la 3ème ou 4ème fois....

Le privé c'est l'inégalité dès le départ... Cela veut dire que seul les gens qui ont de l'argent peuvent mettre leurs enfants à l'école... C'est un peu résumer mais c'est ça... Souvent des parents mettent leurs enfants à l'école privée parcqu'ils croient que cela va les rendre intelligents..

ISA
Fille d'instituteurs de la grande école LAIQUE...
Baboo
Ecole privée
Envoyé le: jeudi 15 novembre 2001 11:43


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Tu me dit que ce sont des enfants mauvais qui vont dans le privé?
Ah mince moi je croyais que c'était justement , les inteligents précoces qui allait là bas !!

Merci ISA

P.S : Laurine ne le prend pas pour toi on sait toutes que tu es intelligente

Kristina
ISA
Ecole privée
Envoyé le: jeudi 15 novembre 2001 12:25


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Non il y a des écoles spécialisées pour les enfants précoces mais majoritairement on envoie ces gosses dans ces écoles privées pour éviter qu'ils ne se mélangent aux beurs ou aux noirs du coin et quelques fois parce que l'on pense que cela va les rendre intelligents.... Je connais le cas de ma belle-soeur rasciste et antisémite au possible à un tel point que j'aurai envie de porter plainte et qui envoie ces enfants dans le privé pour qu'ils ne se mélangent pas avec des enfants de couleurs différentes et aussi parce qu'ils ne travaillent pas bien à l'école..... Il n'empêche que j'ai vu leurs cahiers de l'école privée et ils sont bourrés de fautes qui ne sont même pas corrigés.

Autre différence entre le privé et le public. Dans le privé on peut avoir des profs qui ne sont pas diplômés pour enseigner. Jeunes ayant raté leur maîtrise, etc....

Je ne sais pas dans quelle école est Laurine ni si elle est à l'école en France... Je parle pour la France.... L'école privée engendre un système à 2 vitesses comme aux Etats-unis.

ISA
Malinnix
Ecole privée
Envoyé le: jeudi 15 novembre 2001 22:32


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Pas besoin d'haïr le privé parce qu'on vient du public. J'ai fait une partie de mes études dans des écoles publiques et j'ai passé 5 ans dans une école privée, et je m'en porte pas plus mal. Les avantages, à mon avis, c'est que les groupes sont souvent moins nombreux qu'au public, donc les profs ont un peu plus de temps à passer avec les étudiants et, je sais pas si c'est comme ca dans toutes les écoles privées, mais nous ont a passé 5 ans avec le même groupe d'élève. Donc si tu les aimes, c'est génial, mais dans le cas contraire, prépare toi à souffrir, parce que 5 ans, c'est long. Pour ce qui est de l'enseignement religieux, j'en ai eu que les 2 premières années, parce qu'après, tous les étudiants avaient des cours de morale, où on étudiait 6 grandes religions et différentes théories. on est pas riche à la maison, mais mes parents ont eu des bourses pour nous et ils ont pris des arrangements avec l'école pour que ma soeur et moi puissions y aller. J'en ai pas vu beaucoup de très très riche, quand j'allais à cet école. Mais côté activité, comme c'était une école minuscule, on avait pas énormément de choix. L'école publique, comme l'école privée a ses avantages et il suffit de savoir ce qui nous convient et souvent c'est certain d'avoir un minimum de moyen...


Marie
LW
Ecole privée
Envoyé le: vendredi 16 novembre 2001 10:54


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Il y a des écoles privées qui font une sélection sur dossier et qui acceptent aussi des enfants dont les parents n'ont pas de gros moyens.
En fait comme dans le public on trouve de tout, mais il y a moins de cas sociaux au m2, ce qui fait que les enseignants ont moins de difficultés à faire cours.
Mes enfants vont dans le public parce que l'école du coin est bonne, mais il y a des quartiers où j'ai travaillé, où je ne mettrais pas mes enfants à l'école publique du coin. Tout est donc une question de géographie.
Le choix implique tout de même un minimum de moyens et/ou de sacrifices.
ISA
Ecole privée
Envoyé le: vendredi 16 novembre 2001 13:15


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
A vouloir toujours mettre ses enfants dans le privé on tue l'école publique qui à mon avis est la base de l'égalité dans cette société... Vouloir les séparer des autres pour une raison ou pour une autre c'est refuser l'égalité et la fraternité

Je n'en dirai pas plus. Comprenne qui POURRA..
Marj'
Ecole privée
Envoyé le: vendredi 16 novembre 2001 14:04


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
J'ai fait toute ma scolarité dans une école privée, car il n'y avait ni collèges et lycées près de chez mes parents, et les plus proches n'étaient pas bons (stats bepc, bac...).
Ils ont donc chercher à me mettre dans un bon collège et un bon lycée, je ne leur en voudrait jamais pour ça. J'ai eu une tres bonne éducation dans un des meilleurs college/lycée de Lille, ceux qui préparent aussi aux classes prépa d'ecole d'Ingénieur. Ce n'était pas des mauvais dedans, loin de là, il fallait s'acrocher, mais j'etais tres bonne élève.

Pourtant, je ne collais pas avec les idées du "bahut". C'était "religieux", et j'ai arrété des que j'ai pu (au lycée), c'etait tres "bourge", et je ne le suis pas du tout, etc..

Bref, apres le bac, j'ai décroché des bourses d'etude (mes parents n'etait pas riches, mon pere au chomdu à + 55 ans...) et j'ai entammé des etudes d'ingénieur, mais dans le public Smile
Je m'y suis sentie à l'aise.

Je crois que, public ou privé, l'important c'est la tolérance de l'autre, et surtout, faire ce que l'on pense le mieux pour ses enfants...
Mon futur bébé ira dans le public si nous avons une ecole d'un bon niveau pres de chez nous (j'ai des collegues de bureau pour qui s'est impossible, leur résidence leur ferait mettre leurs enfants dans un college ou il n'y a que 30% de reussite au bepc,)...) sinon, je ne sais pas comment faire, le privé coute cher et est quand meme assez surfait tout compte fait...

Restez Zen les filles Smile
Marj'
sarah
Ecole privée
Envoyé le: vendredi 16 novembre 2001 17:36


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
bon alors moi je sens que je n'aime pas du tout Isa !!!!
J'ai été en école privée, et il y avait toutes sortes d'ethnies, les pros étaient particulièrement compétent tout comme ceux de l'école publique, il y avait des élèves dont les parents avaient de gros moyens, et d'autres élèves dont les parents avaient des revenus tout à fait modestes (cas de mes parents), en bref, tout s'est toujours très bien passé!
Mon fils va lui à l'école publique, parce que là où nous habitons, nous n'avons pas le choix, et même si nous l'avions, quelle diférence ?
L'école, c'est l'école, les enfants y vont pour apprendre : maths, géo, respect des autres, etc... N'est-ce pas là le devoir d'un enseignant, qu'il soit du publique ou du privé ? Enseigner !
Tes propos m'exaspèrent et ne sont absolument pas justifié.
Je viens du privé, je n'étais pas plus bête ou plus intelligente que les autres, je n'ai pas passé mon bac plusieurs fois, comme tu l'annonces, bref, j'ai eu une scolarité normale !
biboune
Ecole privée
Envoyé le: samedi 17 novembre 2001 08:31


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
j'ai été dans le privé de l'âge de 13 à 18 ans parce que mes parents cherchaient une école avec un certain encadrement et de la "discipline"(il y avait beaucoup de petite délinquance dans mon ancienne école). Bref, je suis allée ds une école privée géniale, avec un très bon rapport prof-élèves, beaucoup d'activités organisées par l'école (vu le minerval demandé, c'était pas trop difficile d'organiser des trucs..). C'était une école très métissée, avec une super ambiance et beaucoup de solidarité entre élèves. Le choix du cours de religion était laissé à l'élève, selon ses goûts : je suis catholique, mais j'avais demandé d'aller au cours de religion hébraïque pour découvrir autre choses, ce qui se faisait sans problèmes.

Mon souvenir de l'école publique (6-12 ans) n'est pas génial car, faute de moyens, rien n'était organisé au sein de l'école, on était 35 en classe (contre 15 dans le privé). Pour moi, selon mon expérience, le privé m'a bien réussi, mais je suis d'accord de dire que c'est malheureusement réservé à une seule couche de la population qui en a les moyens et , qu'en fin de compte, ce sont toujours les mêmes qui ont les facilités...

Bisous
sarah
Ecole privée
Envoyé le: samedi 17 novembre 2001 09:24


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
c'est faux, le privé n'est pas réservé qu'à ceux qui en ont les moyens...
encore une fois, mes parents aux modestes revenus ne se sont pas sacrifié pour m'envoyer en école privée, et j'ai des camarades de classes "riches" et d'autres encore moins que mes parents...
d'autre part je viens de lire un article dans un journal( et ceci est adressés à Isa qui dit que:"majoritairement on envoie ces gosses dans ces écoles privées pour éviter qu'ils ne se mélangent aux beurs ou aux noirs du coin ") ce qui bien évidemment est archi faux !

voici un extrait de l'article :

"Privée ou Publique, l'école est bousculée par le ramadan.
Derrière les principes, beaucoupe consentent néamoins quelques aménagements d'ordre matériel pour s'adapter au moi de jeûne musulman qui a commencé hier en France, y compris les établissements privés catholiques, dont certains accueillent de nombreux élèves musulmans. "
"Les établissements catholiques, notamment en banlieue parisienne, dans le nord de la France ou encore à Marseille, s'adaptent eux aussi à ce temps de jeûne, sur un mode plus spirituel, en tentant le dialogue inter-religieux."

Ce qui signifie bien, que les propos d'Isa que je cite à nouveau :"A vouloir toujours mettre ses enfants dans le privé on tue l'école publique qui à mon avis est la base de l'égalité dans cette société... Vouloir les séparer des autres pour une raison ou pour une autre c'est refuser l'égalité et la fraternité" sont complètement dépassés et non fondés !!!!!
Peut-être fille d'instit, mais plutôt bornée et rangée à ce que pensent ses parents.

Ton opinion est -elle réellement la tienne ? Où vient-elle plutôt de ce que tu as peut-être pu entendre dans ton enfance ?
Anaïs
Ecole privée
Envoyé le: samedi 17 novembre 2001 19:49


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
ISA,

Je suis une future enseignante dans le public (1ère année d'IUFM)et ce n'est pas pour cela que je casse du sucre sur le dos de l'école privée.
Mon fils de 6 ans et demi a été mis de côté pendant toute sa scolarité à l'école maternelle publique parce que c'était un petit garçon peu bavard, qui faisait trop rapidement ses activités et osait donner son avis aux maîtresses qui n'ont pas apprécié.
Je te passe les détails sur les répercussions sur mon enfant.
Inscrit à l'école élémentaire privée depuis 2 ans, il a retrouvé sa joie de vivre et s'y sent très bien.
On lui apprend en plus la tolérance, le respect des autres: l'école s'investit pour les restos du coeur, les pièces jaunes de David Douillet, le nettoyage de la plage...
La directrice est une personne qui se bat pour la continuité de son école et je respecte son courage et sa volonté.
JE NE SUIS NI RACISTE, NI ANTISEMITE,JE NE SUIS PAS NON PLUS MUTIMILLIONNAIRE: sa scolarité me coûte 150F par mois (frais de cahiers, livres, ...compris!) et 300F en inscription au début d'année .Une fortune?
En étant déjà dans le système, je peux t'assurer qu'il existe de nombreux étudiants avec une licence qui font des remplacements dans le PUBLIC et pour finir qui restent enseignants sans aucune autre formation que celle du terrain ou bien autre cas très répandu, les étudiants de 1ère année d'IUFM qui ont un poste avant même la réussite à leur concours car, il manque des enseignants dans telle ou telle académie!
Maintenant soit tu parles de quequechose dont tu maîtrises le sujet, soit tu te tais!!!!!
Anaïs.
tourtet
Ecole privée
Envoyé le: lundi 19 novembre 2001 05:23


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
enfin une réponse intelligente
je m'associe en tous points à ce que vous avez écrit.

merci
ISA
Ecole privée
Envoyé le: lundi 19 novembre 2001 09:47


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
JE TROUVE TOUT SIMPLEMENT HONTEUX QUE DES ENSEIGNANTS DU SECTEUR PUBLIC METTENT LEURS ENFANTS DANS LE PRIVE. ANAIS N'A RIEN A FAIRE DANS LE PUBLIC...

C'EST UNE HONTE, C'EST UNE INSULTE A L'ENSEIGNEMENT ACCESSIBLE POUR TOUS.

JE MAITRISE PARFAITEMENT LE SUJET POUR Y AVOIR PASSE MA VIE

A BON ENTENDEUR SALUT..
Emilienne
Ecole privée
Envoyé le: mardi 20 novembre 2001 09:27


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Bonjour,

J'ai bientôt 86 ans. Aujourd'hui je vis avec mon temps et je me suis équipée d'un ordinateur et d'Internet. Je viens de découvrir ce site qui bien que n'étant pas de mon âge, comme diraient certains jeunes, me semble intéressant. Oh joie je découvre un débat sur l'école privée.

Ma mère a appris à lire en 3 hivers grâce à l'école publique et laïc du village où je suis née. Mon père également. J'ai fait ma scolarité dans cette même école. Pendant la 1ère guerre et après. Je suis entrée à l'Ecole Normale en 1926 et je dois avouer qu'à l'époque nous avions tous la vocation. Pour la plupart issues de milieux paysans et ouvriers bien souvent orphelins de père nous avions dans l'idée d'apprendre aux enfants, au-delà, de la lecture et de l'écriture, les idées de Liberté, Egalité et Fraternité que nous pouvons encore lire aux frontonts de nos mairies. Pour nous, l'école publique nous paraissait être l'essence même de l'Egalité et de la Fraternité car accessible à tous, bons ou mauvais, riches ou pauvres. Je connais d'autant plus la valeur de ces termes pour avoir été contrainte par le gouvernement de Vichy d'enseigner Travail, Famille, Patrie et de devoir apprendre à mes élèves Maréchal nous voilà. Sans doute ceci ne vous dira rien... Aujourd'hui, je n'ai pas changé d'avis et bien que moins virulente qu'ISA, je comprends parfaitement ses idées. Nous n'aurions pas pû concevoir dans ma campagne qu'un élève puisse aller à l'école privée. De même que je ne comprends pas aujourd'hui que nos impôts participent aux subventions de l'école privée alors que bien des enfants ne pourront jamais accéder à cet enseignement faute de moyens financiers. J'ai quitté l'enseignement vers le début des années 70 : une éternité pour vous sans doute, mais à l'époque, je puis vous dire que nombreux de mes collègues nous pouvaient accepter l'idée de mettre leurs enfants à l'école privée. Cela aurait été pour eux l'aveu que l'école publique et laïque ne servait à rien et ne pouvait apporter à leurs enfants l'enseignement dont ils avaient besoin. Plus grave encore, cela aurait été une insulte à l'institution dont ils faisaient partie.

J'ai eu des élèves de tout bord, plus souvent pauvres mais qui avaient un respect pour leurs enseignants qui détenaient le savoir et qui pouvaient leur ouvrir les portes de la Liberté car ne l'oublions pas c'est en ayant acquis un savoir que l'on peut devenir libre. J'en entends déjà certains dire comme le disait Coluche : "ma grand-mère est morte du respect".... Il n'empêche que c'est ce manque de respect vis-à-vis de ceux qui détiennent le savoir qui tue peu à peu l'école publique.

Aujourd'hui, je suis profondément choquée de constater qu'une future enseignante de l'école publique inscrive son enfant dans le privé en traitant plus ou moins ses futurs collègues d'incapable. Madame, si vous aviez appris le respect à votre enfant, respect de soi, respect des autres il est fort probable que vous ne seriez pas aujourd'hui obligée de payer pour éduquer votre enfant. Toute comme, à mon époque, je trouve qu'en faisant cela vous insultez gravement l'institution qui vous paie et à laquelle vous devez tout.

Enfin, pour en revenir à la réflexion de Sarah sur l'aménagement de l'école par rapport aux religions. Je pense cela nécessaire. Moi-même, bien que non croyante je me rendais régulièrement à l'église à l'occasion des grandes fêtes religieuses et ce par respect pour les enfants et les parents. Personne n'était dupe mais je me devais de respecter les traditions. Une institutrice aurait certainement eu du mal à s'intégrer si elle ne s'était pas plier aux "traditions". C'était un devoir. Ces gens me faisaient confiance et je ne devais en aucun cas trahir leur confiance en agissant de façon déplacer.

Pour terminer, je dirai que je suis profondément déçue par l'attitude des parents aujourd'hui, parents comme Anaïs ou Sarah. Je vais m'arrêter là car je suis intarissable sur le sujet.

Amicalement

Emilienne
Marj'
Ecole privée
Envoyé le: mardi 20 novembre 2001 10:27


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Ces disputes me laissent perplexes..... :confus:
A notre siecle, je pensais que l'Homme avait suffisamment évolué pour se placer au dessus de ses mesquineries, et etre plus tolérant envers les autres..
Au risque de vous choquer, c'est quelque part du racisme puisque rejet catégorique de l'autre qui est différent....

Enfin, je vous rappelle qu'il n'y a pas de délits d'opinion en France, alors calmez vous toutes. Se chamailler comme des gamins dans la cours de récré (privé ou public) ;o) ne sert à rien d'autre qu'à envenimer les relations entre tous...

Perso, j'ai suivi (comme indiqué plus haut), les deux types d'education, et je les respecte tous les deux, mais que diable, un peu de TOLERANCE dans ce monde de brutes ! coeur
Ce n'est pas comme ça que nos enfants apprendront à se respecter si nous ne sommes déjà pas capables de leur inculquer la tolérance entre eux !

Meme si je n'ai que 27 ans, j'ai l'impression que je sonne un peu vieille dans mes discours parfois, non ? fou
Je suis pas prof, je suis ingenieur, mais je bosse dans un environnement purement international, et là, le respect et la tolérance sont les clés de la reussite personnelle et professionelle.

Marj'... rien d'autre à ajouter zen
Katia
Ecole privée
Envoyé le: mardi 20 novembre 2001 10:46


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Cela fait plusieurs fois que je viens lire ce sujet et là, je me décide à laisser un message.

Les écoliers d'antan n'ont plus grand chose à voir avec les élèves d'aujourd'hui.

L'école qu'elle soit publique où privée est confrontée à des problèmes de délinquance (drogue, raquette par exemple). Elle n'est plus seulement un lieu de savoir "primaire" (lecture, écriture, calcul) mais un lieu d'écoute et de parole.

L'école pubique a plus de mal à faire face.

Trop d'élèves, pas assez de moyens.

Je pense que c'est malheureusement une réalité.
Emilienne
Ecole privée
Envoyé le: mardi 20 novembre 2001 13:05


Inscrit le: 01/01/2004
Messages: 102 234
Sarah,

Pour le coup, je suis assez stupéfaite par votre intervention que je trouve pour le moins agressive. Certes, je n'ai peut-être pas fait preuve de toute la diplomatie exigée pour un sujet aussi épineux mais je ne pense pas vous avoir critiquée quant à l'éduction que vous aviez choisi de donner à vos enfants. J'ai simplement opposé mon avis sur l'école de la République car ne l'oublions pas l'école publique est l'école de la République qu'on le veuille ou non. Je trouve simplement que l'école privée n'est pas accessible à tous et il s'agit déjà d'une discrimination. La discrimination existe ausi hélas dans l'école publique mais plus par le fait de certains enseignants que par l'institution elle-même. Vous ne pourrez jamais me faire croire qu'un élève issu d'un milieu fort défavorisé et très turbulent pour ne pas dire insoumis sera accepté dans l'école privée. Je ne crois pas aujourd'hui qu'un enfant difficile, venant d'une cité jugée violente sera accepté dans une école privée... Je ne vous ai manqué de respect en rien. Vous avez fait le choix de mettre vos enfants dans le privé et alors. Ce que je ne conçois pas c'est qu'une future enseignante fasse ce choix là.. Je suis déçue par des parents intelligents comme vous l'êtes car ils font le choix de l'école privée. Cela vient du fait que je suis âgée et que j'ai toujours eu pour référence l'école de Jules Ferry. En effet, lorsque j'ai débuté l'école gratuite et laïque n'existait pas depuis longtemps et nombre de personne ont vu là une possiblité de se sortir de la misère noire dans laquelle ils vivaient. Beaucoup ont oublié que c'est grâce à cette école que leurs parents et grands parents ont pu réussir dans la vie, mais je crois que je me suis déjà expliquée sur ce sujet. Le débat que je voulais mettre en avant ne se situait pas sur l'éducation de vos enfants mais sur l'éducation donnée par l'école publique... Je constate que vous déplacez le débat. Je crois hélas que trop de générations nous séparent et je pense que vous ne comprendrez pas mon point de vue qui me paraît de plus en plus difficile à expliquer. Veuillez m'en excuser.

Amicalement.
Répondre  |  Nouvelle Discussion  | 

Aller au forum





Nos Spécialistes vous répondent en Vidéo ! A la Une Le Top Vidéo
Que signifie faire ses nuits? 

Que signifie faire ses nuits? [vidéo] Que signifie faire ses nuits?

 
A quel âge un enfant peut-il commencer à apprendre à nager? 

A quel âge un enfant peut-il commencer à apprendre à nager? [vidéo] A quel âge un enfant peut-il commencer à apprendre ...

 
Comment savoir si un enfant «a les pieds qui rentrent»? 

Comment savoir si un enfant «a les pieds qui rentrent»? [vidéo] Comment savoir si un enfant «a les pieds qui rentr ...